Home | Questions fréquentes | Contact | Chercher sur web: Chercher  
Investigations préalables
Investigations préalables Investigations préalables Investigations préalables Investigations préalables Investigations préalables
Les premières investigations scientifiques dans le cimetière d’Ancón furent réalisées entre 1874 et 1875 par les archéologues allemands Wilheim Reiss et Alphons Stubel. Le cimetière était alors en plein processus de destruction, à cause de la construction de la ligne ferroviaire Lima-Huacho.

Les archéologues allemands fouillèrent à plusieurs endroits, dans et hors de la nécropole, sans que l’on sache combien de tombes furent fouillées au total. Les résultats des investigations furent publiées en trois tomes (das Totenfeld von Ancón, 1880-1887) ; ces ouvrages offrent de minutieuses descriptions et des illustrations en couleur des résultats de fouilles, même si les auteurs ne détaillèrent pas la disposition des objets dans les tombes, et n’abordèrent pas non plus les problèmes chronologiques posés par les enterrements.

En 1876, l’archéologue français Charles Wiener visita Ancón et ouvrit plusieurs tombes, mais ne publia pas ses résultats. Les spécimens récupérés intégrèrent les fonds du musée ethnographique du Trocadéro, à Paris.

En 1884, Knut Hjalmar Stolpe exhuma quelques tombes de la nécropole. Ses collections se trouvent actuellement au musée ethnologique d’Etat à Stockholm, mais ses carnets de fouille ont disparu. Entre 1891 et 1892, George Amos Dorsey fouilla 127 tombes de la nécropole, pour l’exposition mondiale colombienne de Chicago. Ce matériel lui servit de base pour sa thèse doctorale de 1894, intitulée « An Archaeological Study Based on a Personal Exploration of Over One Hundred Graves at the Necrópolis of Ancón, Peru ». Ses carnets de fouille ont également été perdus.

En 1904, l’Allemand Max Uhle fouilla dans la zone de Las Colinas un dépôt de coquillages constitué d’énormes accumulations de détritus d’aliments d’origine marine. Uhle estimait que les dépôts de coquillages témoignaient de l’existence d’une étape antérieure à la civilisation péruvienne ancestrale, qu’il appela « étape des pêcheurs primitifs ». D’autre part, William D. Strong analysa la céramique des contextes archéologiques à l’aide des notes de fouille inédites de Uhle, et leur assigna un ordre chronologique, qui confirmait généralement les données de Uhle.

En 1941, Gordón R. Willey et M. Newman, archéologues de l’université de Columbia, fouillèrent à leur tour la zone de Las Colinas. Les résultats furent publiés en 1954, et Willey élabora un premier ordonnancement chronologique de la céramique du style « Ancón ancien ».

A la fin de l’année 1945, de grandes campagnes de « sauvetage archéologique » démarrèrent, suite à la construction de maisons modernes dans la zone nord de la nécropole. Julio C. Tello fouilla une zone de 2000 mètres sur 200. Dans la zone de Miramar, 1570 tombes furent trouvées, présentant un total de 14 055 objets. Jusqu’à aujourd’hui, seul un rapport provisoire sur les fouilles réalisées dans le secteur nord-est de la nécropole (où se trouvaient près de 100 tombes) a été publié.

En 1946, dans le cadre de ce programme, Julio C. Tello fouilla 264 tombes dans un cimetière de l’Horizon ancien, dans la zone de Las Colinas (au-dessus de la route de Playa Hermosa). Disciple de Tello, Rebecca Carrión Cachot décrivit succinctement ces enterrements. A l’occasion d’une exposition sur Ancón, qui eut lieu à l’Université nationale majeure de San Marcos en 1951, Carrión –qui dirigeait les travaux à Ancón depuis la mort de Tello quatre ans plus tôt- publia un petit catalogue sur ces études.

En 1950, une seconde campagne de fouilles fut organisée dans la zone de Miramar, sous la direction de l’Inspection des monuments archéologiques. Entre août 1950 et octobre 1953, pas moins de 875 enterrements qui contenaient 11 090 objets furent fouillés. Les résultats obtenus lors de cette campagne furent partiellement publiés par Rogger Ravines (1979-1983).

Entre juillet et septembre 1955, puis entre septembre et octobre 1968, la Section des explorations et de la conservation des ruines et monuments archéologiques, de la Direction d’archéologie et histoire, organisa les dernières campagnes de fouilles à Miramar. En 1959, 68 enterrements qui contenaient 391 objets furent étudiés, puis en 1965, 21 enterrements, avec 171 objets en tout. D’autre part, en 1957 et 1958, Ernesto Tabio et Eduardo Lanning percèrent plusieurs tranchées dans la zone de Las Colinas, et trouvèrent des fragments de céramique de style Paracas Cavernas.

En 1959, le personnel du musée national d’Anthropologie et d’Archéologie, de Lima, travailla dans une zone de Las Colinas, et trouva plusieurs enterrements correspondant à l’horizon ancien. Ces travaux se poursuivirent en 1960 et 1962. Jorge C. Muelle et Rogger Ravines présentèrent une publication, intitulée “Les strates précéramiques d’Ancón » (1973), en rendant compte de leurs trouvailles et de leurs résultats.

En 1960 et 1961, Ramiro Matos fouilla le site El Tanque, dans la zone de Las Colinas, puis sur les bases de ces fouilles, présenta sa thèse doctorale sur « La céramique ancienne d’Ancón et ses problèmes » (1962), inédite.

De 1961 à 1963, puis en 1967, Hermilio Rosas fouilla dans Las Colinas ; le matériel culturel récupéré lui servit pour sa thèse de licence de 1970, sur « La séquence culturelle de la période formative à Ancón », dont la publication a été rééditée en 2007.

En août 1966, Hilda Vidal et Carlos Guzmán Ladrón de Guevara dirigèrent des fouilles dans les quartiers de Las Latas, Las Esteras, Miramar et Pescadores, dont ils sortirent plus de 90 enterrements.

De 1968 à 1969, Hilda Vidal mena à bien d’autres travaux archéologiques dans la pampa des quartiers de Las Esteras, Miramar, et Las Colinas. Les résultats ne furent jamais publiés.

De 1969 à 1979, Humberto Ghersi et Lorenzo Samaniego exécutèrent diverses excavations dans le parc « Inca Garcilazo de la Vega », dans le quartier de Pescadores.

En 1970 Alberto Millar fouilla le site El Tanque. Grâce à l’étude du matériel récupéré, il réalisa sa thèse doctorale, intitutlée « Economic Prehistory At the Ancón Tank Site : A Test of Demographic Explanation of Agricultural Origins in the Ancón-Chillón Region, Central Peruvian Coast ».

En 1976, une campagne fut menée dans la pampa de San José, sous la direction de l’Institut national de la Culture ; 12 enterrements furent découverts, et furent fouillés par Rogger Ravines.

Entre janvier et février 1994, le Centre d’investigation archéologique d’Ancón et l’Université de Lima réalisèrent le projet archéologique « Tombes d’Ancón » dans la zone de Miramar, sous la direction de Federico Kauffman Doig. Au total, 20 contextes funéraires correspondant à 31 individus furent exhumés. Les résultats furent publiés dans la revue Arqueológicas n°23, en 1996.

Ainsi, plus de 3000 enterrements ont été fouillés, de manière plus ou moins scientifique, à Ancón. Cependant, à ce jour seule une infime partie des données de ces études a été publiée.
Leave a message






© Copyright 2009. Patronat du musée de Place et Activités culturelles de Ancon. Tous les droits réservés sur tous contenus de ce website.

faite par enjoit.com